Le big business du typage de HPV

 

Le big business du typage de HPV

Abstract: HPV testing is now recommended in several countries (In Holland and USA, for example) to replace the Pap test (cytology) for primary screening of cervical cancer. Roche is one of the big players in this field with its cobas® HPV test. The marketing of the new version was announced on March 28, 2017. The market of HPV testing is indeed very lucrative and promises to grow: “Cervical Dysplasia Market Valued at US $ 349.0 Million in 2015, is Expected to Rise to US $ 640.2 Million by 2024”, states Transparency Market Research. But is HPV testing really a progress for women’s health? Doubt is a must. HPV tests have a false-positive rate almost five times higher than cytology screening (“lack of specificity varied between 3.3% With cytology and 14.9% with cobas”) and lead to increased demand for additional testing. Conclusion: HPV testing is above all a great commercial opportunity for the pharmaceutical industry.

Depuis le lancement du vaccin anti-HPV Gardasil® en 2006, les papillomavirus dits à haut risque sont les gros méchants loups d’un film au message simpliste et erroné (*), qui propage une équation: infection à HPV = cancer du col utérin garanti (ou presque).

Merck, le fabricant de Gardasil®, a déployé des efforts extraordinaires pour dramatiser le rôle carcinogène de ces virus. Avec succès, puisqu’il a réussi à convaincre les autorités de santé du potentiel «phénoménal» d’une vaccination à grande échelle des jeunes filles. Dans la foulée, la focalisation sur les infections à HPV a permis aux fabricants de ces vaccins d’obtenir des extensions d’indication successives (aux femmes plus âgées, aux garçons, aux hommes) et donc d’accroître leurs perspectives de gains.

Mais ce n’est pas tout. Le fait de propulser les papillomavirus sur le devant de la scène a aussi ouvert un champ d’opportunités aux entreprises qui commercialisent des tests permettant de typer les HPV. Les fabricants de ces dispositifs (dont les leaders sont Abbott, Becton Dickinson, Hologic/Genprob, QIAGEN et Roche) ont pu profiter de l’appel d’air induit par le lancement des vaccins pour imposer leurs produits. Que ce soit pour évaluer le potentiel carcinogène de lésions précancéreuses dépistées par frottis (test de Pap ou cytologie), ou pour effectuer un test HPV en même temps que le frottis (cotesting).

Dysplasie cervicale de bas grade (CIN 1).

Dysplasie cervicale de bas grade (CIN 1).

Un nouveau pas a été franchi en 2014 avec l’homologation par la FDA du produit de Roche cobas® HPV. Roche a en effet été le premier à décrocher une homologation pour un test «standalone», autrement dit qui se suffit à lui-même pour dépister les lésions précancéreuses et le cancer du col. Sa vocation: remplacer le frottis cytologique. Ni plus, ni moins.

L’enjeu étant de taille, les choses n’en sont pas restées à une simple autorisation de mise sur le marché.

Sitôt l’homologation accordée, plusieurs sociétés savantes se sont hâtées de réviser leurs guidelines de dépistage du cancer du col dans un sens éminemment favorable au géant pharma. Roche s’est aussi montré généreux envers elles, comme le montre l’exemple de l’American Society for Colposcopy and Cervical Pathology (ASCCP), à laquelle les montants cumulés versés par Roche Molecular et Roche Diagnostics entre 2014 et 2016 ont atteint la jolie somme de 90 000 dollars.

L’activisme des sociétés savantes a porté ses fruits: aujourd’hui, le test HPV est en passe de remplacer le test de Pap dans plusieurs pays, Etats-Unis compris. Le gouvernement néerlandais, un pionnier de cette «révolution», a même modifié son programme de dépistage organisé, où désormais le test HPV seul est pratiqué en première ligne, et a adjugé à Roche le marché du test HPV utilisé dans ce cadre en octobre 2015.

Roche et consorts doivent une fière chandelle aux fabricants de vaccins anti-HPV. Sans eux, ils n’en seraient pas là.

Tous ces développements sont scrutés avec attention par les analystes, dont les pronostics sont prometteurs. Ainsi, Transparency Market Research devisait en 2015 la valeur du marché global des dysplasies du col à 349 millions de dollars et prédisait qu’elle atteindrait 640,2 millions de dollars en 2024. Même son de cloche chez Global Industry Analysts, qui a résumé le potentiel de ce secteur dans une infographie éloquente.

Roche et consorts doivent donc une fière chandelle aux fabricants de vaccins anti-HPV. Sans eux, ils n’en seraient pas là. Leur communauté d’intérêts fait qu’ils peuvent aussi compter sur les mêmes experts. Ainsi, on voit d’anciens investigateurs des vaccins anti-HPV payés par Merck, GSK, CSL ou Sanofi Pasteur MSD recommander aujourd’hui les tests HPV en dépistage primaire avec le même zèle qu’ils ont recommandé la vaccination contre le papillomavirus.

Au-delà de cette «mutualisation des ressources» et de la multiplication des conflits d’intérêts qu’elle entraîne, une question centrale demeure: le test HPV est-il vraiment un progrès pour la santé des femmes? Le doute est de rigueur.

S’il est vrai qu’ils détectent plus de lésions (meilleure sensibilité), les tests HPV ont un gros défaut: un taux de faux-positifs beaucoup plus important que le dépistage par cytologie (dû à leur manque de spécificité). Dans le cas du test de Roche, ce taux est même cinq fois plus élevé («The proportion of women with false-positive test results (positive test results without ≥ CIN3) varied between 3.3% with cytology and 14.9% with cobas»). Autrement dit, le test HPV augmente pour les femmes le risque d’être diagnostiquée à tort et entraîne des tests supplémentaires. Plus grave encore: il peut échouer à détecter certains cancers déjà développés.

Reste un paradoxe de taille. Comment se fait-il qu’on prédise un avenir éclatant au test HPV?

Mais apparemment, les voix qui remettent en doute le bien-fondé d’un remplacement du test de Pap par le test HPV ont de plus en plus de mal à se faire entendre. Les publications visant à déclarer le débat «clos» sont toujours plus imposantes. Et Roche a annoncé le 28 mars 2017 le lancement de son test cobas® HPV de nouvelle génération.

L’horizon en termes de gains s’annonce donc réjouissant.

Reste un paradoxe de taille. Comment se fait-il qu’on prédise un avenir éclatant au test HPV? Au moment du lancement de Gardasil®, ne nous a-t-on pas juré que l’incidence des lésions du col allait s’effondrer grâce à la vaccination anti-HPV? Ces perspectives de disparition prochaine de la menace du papillomavirus grâce à l’immunisation ne devraient-elles pas faire trembler le fabricants de test HPV? Que Roche et les autres se rassurent: les meilleures preuves dont on dispose montrent que les vaccins anti-HPV n’affecteront pas l’incidence globale des lésions précancéreuses du col. Mieux encore: certains éléments suggèrent que grâce à la vaccination, cette incidence pourrait même… augmenter.

 

(*) Ces trois tableaux rappellent utilement la réalité
(La piqûre de trop?, pp 170-171 / I. Teguete, d’après C. Mougin )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

FUENTE: http://www.re-check.ch/wordpress/fr/le-big-business-du-typage-de-hpv/

About The Author

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

5 × 3 =